Aux États-Unis, la ville de Baltimore est la cible d’un puissant virus informatique

Ça fait exactement trois semaines que la ville de Baltimore, aux États-Unis, n’a plus de connexion internet. Trois semaines que les 600 000 habitants apprennent à vivre sans serveur central et e-mail. Toute la localité est en effet paralysée par une attaque malveillante des hackers qui exigent 100 000 dollars de rançon.

Le maire refuse de céder au chantage

Mardi 7 mai 2019, des pirates informatiques ont réussi à s’introduire dans le serveur informatique de la commune de Baltimore. Les malfaiteurs ont bloqué toute communication web et exigent une rançon de 100 000 dollars, payables en bitcoins, aux autorités.

Aux États-Unis, la ville de Baltimore est la cible d’un puissant virus informatique

Jusqu’à aujourd’hui, le maire Bernard Young n’a pas encore payé la somme demandée, bien qu’il n’exclut pas l’idée. Il s’est exprimé sur le sujet : « si cela pouvait réellement permettre à la Ville de sortir de ce mauvais pas, je pourrais y réfléchir. Je n’ai pas encore pris de décision. » Mais pour l’instant, il dit fermement « non ».

Payer la rançon ne garantit rien du tout

Le quotidien Baltimore Sun a rapporté mot pour mot les exigences des hackeurs : « nous vous observons depuis longtemps. Nous ne parlerons pas plus. Tout ce que nous connaissons, c’est l’ARGENT. Dépêchez-vous ! » Le message est parfaitement clair : les malfaiteurs veulent être payés… mais une fois cela fait, vont-ils vraiment rétablir la connexion Internet ? Les services secrets restent sceptiques, et ils déconseillent vivement de payer l’argent demandé, car rien ne garantit que les pirates informatiques vont vraiment respecter leur part de marché.

Mais qui se cache derrière cette opération osée ? Les experts en technologies informatiques interrogés par le New York Times affirment que cette attaque pourrait juste être purement opportuniste. Les hackeurs chercheront toujours des failles sur le système informatique des administrations. Ils n’hésiteront pas à recommencer. D’ailleurs, ce genre d’attaque informatique est courant, mais avec des ampleurs plus ou moins importantes. Les enquêtes continuent pour essayer de découvrir l’identité des malfaiteurs.

Laisser un commentaire